Une revalorisation du SMIC utile selon J.C Maily

Une revalorisation du SMIC utile selon J.C Maily

La revalorisation du SMIC reste un sujet de controverses jusqu’à maintenant. Cette fois-ci, le leader du syndicat de la Force Ouvrière est la personne qui remet le sujet sur le tapis à travers un meeting à Lomme.

Les arguments évoqués par le dirigeant national de FO

Durant son intervention à Lomme, pas moins de  1000 syndicalistes ont tendu leurs oreilles afin d’écouter les analyses de J.C Maily. Il n’a pas hésité à critiquer la réforme des retraites qui obligerait les salariés à allonger la durée de paiement de la cotisation sous prétexte que le gouvernement souhaite accroître le pouvoir d’achat.

Il a également précisé que l’indépendance syndicale doit être intacte et ne doit pas être influencée par quelque manœuvre que ce soit de l’Etat. Certes, l’impact de la crise ne cesse d’être une réalité, mais d’après ses observations les mesures prises dernièrement par le gouvernement ne font qu’aggraver la situation. Si l’Etat veut réellement appliquer un changement, une revalorisation du SMIC est le meilleur moyen, d’après lui.

D’autres raisons justifiant la revalorisation

Revalorisation du SMICToujours en critiquant les dernières décisions gouvernementales, J.C Maily affirme que les projets fiscaux prévus profiteront certes aux entreprises, mais les conséquences se feront durement sentir par les ménages. D’après ses calculs, les entreprises récupèreront deux milliards, mais les ménages devront en payer cinq. En ce qui concerne la mesure d’inversion de la courbe du chômage, le leader de la Force Ouvrière ne cache pas son hésitation.

Une croissance de 1,5 point devrait être effective sans les contrats aidés. Comme il l’a toujours dit depuis le mois de Juin, une revalorisation significative doit avoir lieu pour que les ménages puissent bénéficier d’une augmentation de leur pouvoir d’achat. Une hausse de 2% comme prévu au début serait une grosse erreur car ce taux sera réduit au final entre 0,1% et 0,4% après la retranche de la part incontournable suivant l’inflation.

Laisser un commentaire