L’application du Smic horaire pour les Plumeurs de Cocos de Paimpol

L’application du Smic horaire pour les Plumeurs de Cocos de Paimpol

Dans le but d’améliorer les conditions de travail des Plumeurs de Cocos de Paimpol, les autorités ont décidé d’imposer le Salaire Minimum Interprofessionnel de Croissance chez les producteurs. Cette mesure a été prise à l’initiative de l’Inspection du travail.

Un important changement chez les saisonniers

Pour les saisonniers, la décision prise par les autorités ressemble à une véritable révolution qui devrait les permettre d’accéder à un meilleur niveau de vie plus décent. En effet, depuis 25 ans, ils étaient contraints de se faire payer à la tâche et de fournir une quantité de travail assez exceptionnelle pour pouvoir atteindre une rémunération similaire au Smic.

La mise en place du nouveau système de rémunération des Plumeurs de Cocos de Paimpol fait suite à de longues négociations entre les représentants des producteurs, les syndicats et des instances de l’Etat.

Selon les syndicats, l’instauration du Smic se présente comme une mesure plus respectueuse du travail des intérimaires. Sans cette décision, les Plumeurs auraient du une fois de plus, se préparer à récolter approximativement 130 kg de Cocos de Paimpol pour espérer se faire payer à un même niveau que les travailleurs rémunérés au Salaire Minimum Interprofessionnel de Croissance.

Un changement qui a fait l’objet de contestation de la part des producteurs

Cueilleurs-coco

Si la rémunération au Smic devrait être appliquée avec succès pour cette saison, elle a tout d’abord fait l’objet de vives contestations de la part des producteurs. Ces derniers ont en effet menacé d’arrêter les récoltes du printemps, dans le cas où les autorités décident d’apporter des changements au niveau des conditions de rémunération.

Selon les producteurs, les travailleurs ont toujours bénéficié d’une meilleure souplesse d’horaires, grâce à la rémunération par rendement.

D’autre part, ils ont avancé que cet ancien système permettait de fournir un salaire au plus juste des prestations. Ainsi, un travailleur acharné pouvait bénéficier d’un salaire plus conséquent que les Plumeurs peu expérimentés. Cependant, ces derniers avaient la possibilité de rester dans les champs pendant une durée relativement importante pour atteindre un meilleur niveau de rémunération.

A titre d’information, le kg est payé à 0,45 € dans l’ancien système. S’il est réellement possible de percevoir un salaire équivalent au Smic en travaillant dur, des études ont démontré que le poids journalier récolté par un saisonnier dépasse rarement les 114.80 kg pour 7 heures de travail, soit 8,71 € de l’heure contre 9,67 € pour le salaire minimum.

5 réflexions au sujet de “L’application du Smic horaire pour les Plumeurs de Cocos de Paimpol”

  1. Franchement je suis choqué et la France me dégoute de plus en plus avec des hommes qui pondent des lois sans connaître le métier ! C’est une honte de faire ça et la plupart des producteurs et des plumeurs de cocos paimpolais ne sont pas d’accord… mais on en a rien à foutre de notre gueule !
    Moi je fais entre 200 et 250 kilos / jour, oui c’est dur mais c’est un travail saisonnier et c’est là que l’on peut faire de l’argent, pour moi ce n’est pas de l’esclavagisme vu que c’est payé au RENDEMENT. Si tu bosses bien, tu fais 100 euros voir nettement plus par jour !! si tu y vas histoire de faire bronzette et te plaindre de gagner 30 euros ce n’est pas mon problème. Du coup, je devrais alors être payé comme certains fainéants ? Hors de question, je préfère alors trouver un autre boulot… De toute façon, on le voit partout, ce sont les étrangers qui vont tous nous remplacer à long terme !! et pourtant là ou je bosse, nous sommes tous des personnes françaises assidues et rapides. Vivement ma retraite que je me casse de ce pays qui me répugne de plus en plus.

  2. Oui, je comprends pas pourquoi la CGT et autres organismes empêchent les plumeurs de cocos de faire comme autrefois, c’est à dire bosser en plein régime pour tenter de gagner plus.

    Une grosse erreur de faire ça car les cocos Paimpolais ont besoin de ramasseurs de cocos de qualité et qui savent travailler vites.

    Plus tu es rapide, plus tu gagnes mais en France, on nous empêche de travailler ou alors on demande aux étrangers de prendre notre place.

    Si le président Macron pouvait faire quelque chose ce serait bien mais je pense qu’il n’en a rien à carrer…

    De plus, pour les agriculteurs, c’est ingérable de payer à l’heure et faire un forfait à 120 kilos la journée, car il y a des jours ou il pleut du coup on bosse pas, des jours ou des parcelles pas assez mûres ou il est impossible de ramasser, on reste donc à la maison…

    Bref, ce serait bien que ca revienne comme avant. Mais je n’y crois plu, combien d’agriculteurs ont cette année passé le rota dans leurs champs… à cause de ces conneries… combien de personnes habituées n’ont pas pu retrouver leur job d’été ???

    Si on pouvait manifester, moi j’y participerai sans soucis.

    • C est vraiment stupide de faire ca et si ca continue il n y aura plus de coco paimpolais ou alors on trouvera des machines pour remplacer le plumeur de coco. Les jeunes n avancent pas c est de leur faute.

  3. christine

    120kg c’est possible en 7h mais ça sert à rien de faire plus car ont

    nous reconverti le poids en heure et ce qui est le plus dur pas de

    sanitaire il faut ammener tout son matériel chaise sceaux car les caisses sont un peux trop lourdes

  4. christine
    pour la première année j ai fait les cocos j’ arrivais à135 kg en 7h

    avec un bon rendement dans la parcelle. se que j ‘ai trouvé plus

    pénible chez certain employeur il faut emmener la chaise le saut

    car les caisses sont très lourdes ,au moment de la pesée ont ne

    voyait pas chez certain employeur le poids ont nous l’ annonçait

    oralement sachant que la caisse vide fait 3 kg ,ont peux nous

    dire se qu’ont veut. pour les sanitaires obligé d’aller dans la

    nature même pas d’eau dommage chacun pour soi pas étonnant

    que le recrutement saisonnier est dur.

Laisser un commentaire