La hausse du Smic, une menace pour les travailleurs occupant des postes automatisables

La hausse du Smic, une menace pour les travailleurs occupant des postes automatisables

Selon une étude menée par Grace Lordan et David Neumark, deux économistes travaillant respectivement à la London School of Economics et à l’Université de Californie, la hausse du Smic encourage les entreprises à opter pour l’automatisation et entraine donc des pertes d’emploi.

Les travailleurs peu qualifiés en danger

Afin d’évaluer l’impact de l’augmentation du Smic sur l’emploi, Grace Lordan et David Neumark ont analysé 35 années de données de recensement aux Etats-Unis et se sont penchés sur les travailleurs peu qualifiés.

Les résultats de leur étude ont permis de conclure que la hausse du salaire minimum réduit considérablement la part de l’emploi automatisable occupée par les travailleurs disposant au maximum d’un diplôme d’études secondaires. En d’autres termes, une augmentation du Smic entraine automatiquement une augmentation du chômage chez les actifs les moins qualifiés.

En effet, les employeurs sont en quête d’optimisation de productivité et de rentabilité. Face à une rémunération minimum légale trop élevée, ils peuvent procéder à des licenciements et remplacer leurs salariés par des machines, dans les emplois automatisables.

D’après les calculs réalisés par les deux économistes, une hausse de 1 $ du Smic pourrait entrainer l’automatisation de milliers de postes au niveau national.

Les avancées technologiques favorisent l’automatisation

Si les avancées technologiques permettent aux industries et aux entreprises d’améliorer leur productivité et par la même occasion, d’optimiser leur chiffre d’affaires, elles représentent une menace pour les travailleurs, notamment ceux qui disposent d’une faible qualification.

Les progrès réalisés dans la robotique et l’intelligence artificielle rendent l’utilisation des machines nettement plus avantageux et bien moins coûteux. A l’instar de l’augmentation du salaire minimum, ils favorisent l’automatisation des emplois et participent, dans une certaine mesure, à la hausse du taux de chômage.

Pour encourager les recrutements, il est donc indispensable de mettre le Smic à un niveau permettant aux employeurs de tirer plus de profit dans l’utilisation d’une main-d’œuvre humaine que dans celle de machines.

A titre d’information, l’industrie n’est pas l’unique secteur pouvant procéder à une automatisation des emplois. Avec le développement des chatbots et autres technologies dotées d’une intelligence artificielle, des postes dans le domaine du commerce et de l’enseignement pourraient bien être occupés par des machines dans un avenir proche.

Laisser un commentaire